Des épiceries sociales pour venir en aide aux étudiants

Vie associative
La précarité n’a pas de frontière : elle touche tous les profils et tous les âges, y compris les étudiants qui sont près de 20% à vivre sous le seuil de pauvreté en France selon une étude récente de l’IGAS. Les Banques Alimentaires multiplient initiatives et innovations pour apporter un soutien alimentaire à ce public qui a tendance à avoir peu recours aux associations de solidarité.

Un site dédié multi-services

C’est en 2012 que la Banque alimentaire du Cher a soutenu la création de la première épicerie sociale étudiante : 400 mètres carrés en plein centre-ville de Bourges, ouvert 6 jours sur 7, afin de proposer à la fois des denrées alimentaires et non-alimentaires aux étudiants. Gérée par deux salariés, avec l'aide d'une directrice de la Banque Alimentaire et assistés de bénévoles, cette épicerie « est fréquentée par 35 % des étudiants du Cher, soit 1 350 inscrits à l’aide alimentaire sur 4 500. Ils reçoivent plus de 100 tonnes de denrées alimentaires par an », se félicite Jacques Laffitte, son président. Le lieu propose également des ateliers cuisine, des cours de langue, et un ‘lavomatic’. La communication est faite par les salariés sur les campus. Fort de cette expérience, l’équipe locale a récemment reçu l’antenne de l’Auvergne pour les aiguiller dans la mise en place d’une structure similaire. 

esope

Un rythme à trouver

A Troyes, une nouvelle épicerie sociale étudiante est également en train de se mettre en place. Jean-Claude Souverain, le président de la Banque alimentaire de l’Aube, s’est en effet rendu compte suite à une enquête que la population étudiante avait de grands besoins en aide alimentaire. L’épicerie a été ouverte en milieu d’année scolaire dernière en plein centre-ville, avec le soutien de la Fédération des Associations Générales Étudiantes (Fage). Non sans difficultés : « Il est difficile de trouver des étudiants bénévoles impliqués en nombre suffisant et sur le long terme. De plus, à cause de ce calendrier, la communication n’a pas pu être correctement faite et nous n’avons eu qu’une quarantaine d’inscrits sur les 100 prévus », souligne-t-il. Le souci devrait être réglé cette année, puisqu’une communication assurée par un étudiant bénévole est prévue sur les campus à la rentrée.

epicerie étudiante ok

Un accompagnement au plus près des jeunes

Cette expérience vient rappeler que, comme beaucoup de bénéficiaires, les étudiants ont besoin d’être informés qu’un service est à leur disposition. La proximité est essentielle pour la réussite de ces actions, et c’est pour cette raison que les Banques alimentaires de Bordeaux et Rouen ont choisi de soutenir le développement d'épiceries sociales étudiantes avec une particularité : celles-ci se déplacent directement sur les campus sous la forme de camions qui livrent des denrées alimentaires aux étudiants. Au total, les Banques alimentaires soutiennent à ce jour une quinzaine de projets en France en direction du public étudiant, et d’autres sont en cours de développement.