Une histoire de partage

Les Banques Alimentaires ont été fondées sur des principes qui régissent encore le quotidien des 79 Banques Alimentaires et 23 antennes : la lutte contre le gaspillage alimentaire, le partage, le don, la gratuité, le bénévolat et le mécénat.

Le 13 mars 1984, La Croix publie une tribune intitulée « J’ai Faim », écrite par Sœur Cécile Bigo, dénonçant le scandale de la pauvreté qui cohabite avec le gaspillage de denrées alimentaires.

Dans cette lettre, Sœur Cécile Bigo écrivait ces mots «…Quelle est la personne de génie qui surgira et aura assez d’astuce pour mettre en place, avec d’autres, le procédé de récupération rapide et efficace des aliments avant qu’ils ne soient jetés dans nos poubelles…».

De cette étincelle éditoriale est né le 1er réseau d’accompagnement alimentaire en France. Il est important de rendre hommage à cette prise de position !

Sans cet article, Bernard Dandrel et les 5 associations fondatrices du projet (Secours Catholique, Emmaüs, Armée du Salut, Entraide d’ Auteuil et Entraide protestante), n’auraient probablement jamais lancé la première Banque Alimentaire française à Paris, selon le modèle des Food Banks américaines.

Aujourd’hui, soit 32 ans plus tard, ces propos résonnent encore d’une triste réalité pour nos concitoyens les plus démunis…

Ce sont 1.850.000 personnes que les Banques Alimentaires aident aujourd'hui. De quoi nous donner le vertige !

Les Banques Alimentaires, départementales ou régionales, couvrent aujourd'hui pratiquement la totalité du territoire français.

Sur le même principe, des Banques Alimentaires se sont développées dans 21 pays d’Europe et regroupées en fédérations nationales. Ces dernières sont réunies au sein de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires, FEBA.

 

Documents connexes à télécharger

FFBA - share