Publication du rapport d’activité 2018 des Banques Alimentaires

Comme chaque année, la Fédération Française des Banques Alimentaires dresse un bilan de son activité et de celle de son réseau.

Agir localement et globalement

Pour leur 35ème année d’existence, les Banques Alimentaires ont poursuivi inlassablement, avec toujours la même énergie et la même détermination, la lutte contre la précarité et le gaspillage alimentaire. Si la demande continue de croître, si les profils des bénéficiaires évoluent, si le réseau continue d’ancrer son action au plus proche du terrain, la Fédération n’oublie pas que le combat se mène aussi à l’échelle nationale et européenne

2018 aura d’ailleurs été l’occasion de se mobiliser à la fois sur la loi Alimentation, pour laquelle les Banques Alimentaires ont été actives dans les travaux de préparation et d’audition, et sur la défense du Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD) lors des discussions du projet de règlement du Fonds social européen+. Cette présence aux côtés des institutions est essentielle pour continuer à garantir la pérennité d’un modèle basé sur la gratuité, une grande partie des moyens nécessaires pour faire fonctionner nos infrastructures venant des subventions publiques (État, collectivités) et du FEAD – en plus des financements privés habituels (mécénat, dons de particuliers…).

Un réseau en mouvement

Année après année, la combinaison entre ces ressources financières conduit à un effet démultiplicateur de la gratuité propre au réseau des Banques Alimentaires, permettant de décupler l’impact de ces financements pour accomplir nos missions. Cet effet est d’autant plus important que nous devons nous adapter en permanence, pour répondre à des publics qui évoluent, comme l’a souligné la nouvelle étude CSA réalisée l’an passé et parue en début d’année. Celle-ci a en effet confirmé officiellement ce que nous pressentions déjà, à savoir que les femmes occupent une part toujours importante chez les bénéficiaires de l’aide alimentaire, qu’elles sont toujours plus nombreuses à avoir des enfants à charge, et que le besoin d’accompagnement – au-delà de la nourriture – est de plus en plus présent.

Tout cela pousse notre réseau à avancer, à innover, à communiquer pour rendre toujours plus visible notre combat. Nous avons de nouveaux outils, notamment un nouveau site Internet, nous multiplions les partenariats et les initiatives, comme la récupération d’invendus auprès de la restauration collective et des industriels… Bref, nous mobilisons toutes les énergies et toutes les bonnes volontés. Bénévoles de tous âges et de tous horizons, associations, entreprises, mécènes, donateurs privés, pouvoirs publics : année après année, ce sont des milliers de personnes qui travaillent ensemble pour faire vivre notre engagement au service des plus démunis.  

Ressources utiles