Défendre la solidarité en Europe

Parce que la lutte contre la précarité alimentaire se joue au niveau local et national mais aussi au niveau européen, la Fédération Européenne des Banques Alimentaires (FEBA) se réunit chaque année pour discuter, échanger des bonnes pratiques et peser sur les politiques européennes en faveur des plus démunis.

Une convention tournée vers l’avenir

C’est à Rome du 15 au 18 mai derniers que des représentants de plus de 31 pays se sont réunis à l’occasion de la convention annuelle de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires (FEBA). Une réunion d’autant plus importante cette année que les discussions autour de l’avenir du FEAD, le Fonds européen d’aide aux plus démunis, sont en cours afin de poser les bases d’un cadre financier 2021-2027 qui s’annonce encore une fois très disputé.  Comme l’explique Marie Castagné, Responsable des Relations Extérieures de la Fédération Française des Banques Alimentaires, « l’une des forces des Banques Alimentaires est d’avoir un réseau européen historique, avec près de 420 banques ou antennes dans 24 pays, et environ 780 000 tonnes de denrées distribuées chaque année. Notre voix est une voix qui porte, et la présence à nos côtés lors de ces 4 jours de nombreux experts et ONG mais aussi de représentants de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, est la preuve que tout le monde a conscience de l’importance de travailler ensemble sur ce sujet ».

Une rencontre hautement symbolique

Les Banques Alimentaires sont d’ailleurs la seule association d’aide alimentaire à bénéficier d’un tel réseau, porteur de solidarité à l’échelle européenne et lieu d’échanges indispensable entre les différents pays. Le choix d’orienter les débats de cette année autour de la thématique « Une nouvelle décennie ensemble » est également la preuve que cette dynamique de réseau s’inscrit dans la durée, avec une volonté d’influer concrètement sur les politiques européennes en faveur des plus démunis. A l’issue de cette convention romaine, une délégation de la FEBA a d’ailleurs été reçue au Vatican par le Pape François, lors d’une audience privée au cours de laquelle le souverain pontife a tenu à souligner l’importance de l’engagement des bénévoles dans toute l’Europe en faveur des plus démunis. « Se battre contre le fléau de la faim dans le Monde, c’est aussi se battre contre le gaspillage », a t-il ainsi dit. « Le gaspillage révèle une indifférence cruelle vis-à-vis des biens et des personnes qui n’ont pas accès à ces biens. Il nous faut soutenir ceux qui veulent améliorer les choses, encourager des modèles de croissance basés sur l’égalité sociale, la dignité des personnes, le respect de l’environnement. Une économie circulaire est désormais nécessaire : le gaspillage ne peut être le dernier mot laissé à la postérité par quelques nantis, pendant que la majorité de l’humanité reste silencieuse ».  

 

Audience privée avec le pape